Les Chienvaliers

de la Niche

toute ronde 

CHIENPITRE  1

Me revoilà ! C'est moi Madog ! L'agent très très secret au service sa canine Majesté !


Depuis ma dernière aventure, je prenais un petit repos bien mérité (oui, j'avais tout de même failli finir en patée pour chat !) au temple de la Tranquillité chez mon maître et mentor Ching, le Grand Maître du Bassin Clairvoyant.


Le clan Tao était ma famille, et Ching m'a enseigné tout ce que je sais !
Le Nonoss d'or s'y trouvait en sécurité depuis !
Et de mon côté, je cherchais à retrouver les valeurs du Clan Tao et des scarachiens ! La méditation et l'art du combat ! Tout cela me ramenait bien des années en arrière !

De son côté, Ching observait avec attention le Nonoss d'or dans la salle des anciens. Quand une lueur éclaira le celui-ci de l'intérieur. Comment était-ce possible ? Le Nonoss d'or, cette arme à la puissance incommensurable ne pouvait s'activer ainsi toute seule !

Ching se mit en alerte. Tous les sens aux aguets, l'oreille dressée, prêt à bondir (hop, hop, hop !!!... salto arrière et double vrille piquée!) !

 

Mais il n'en fit rien !

Silencieux comme le chat cherchant sa proie ! (oui bon, un chat ! Bah faut reconnaître qu'ils sont plutôt discrets ! Et sournois aussi ! Et fourbes un peu quand même !... bon bref!)

 

Je disais donc, silencieux comme le chat sournois surveillant sa proie, Ching fit le tour de la salle, cherchant un signe inhabituel autour du Nonoss d'or !

C'était un mystère mystérieux et Ching devait absolument savoir pourquoi et comment le Nonoss prenait vie ainsi !
De sa griffe, il caressa la surface de l'eau sacrée du bassin clairvoyant, mais rien ! Aucune trace des mathémagichiens, le clan des vilains méchants scientifiques magichiens ! Rien ! Nom d'un siamois qui louche !

Il se tourna de nouveau vers le Nonoss d'or, la lueur se faisait de plus en plus brillante, comme s'il était animé d'une vie propre ! Il n'avait donc pas encore livré tous ses secrets !


Aussi vite qu'un chat détalant après un lancé de chaussure, Ching fila vers la minuscule niche de Madog. Il devait absolument le prévenir de ce qui arrivait !

Il entra (non, on ne frappe pas à la porte d'une niche scarachien!), et me trouva en train de partager un bol de croquettes avec la petite bobtail à rastas que j'avais ramenée d'Ecosse avec moi ! (Pourquoi je passe du « je » au « il » dans le même chienpitre, parce que je fais ce que je veux, c'est mon histoire et c'est moi le héros ok ? Non mais !!!)


Pris en flagrant délit, je relevai mes babines dans un sourire monstrueusement idiot devant mon Maître complètement, comment vous dire ça,... désabusé !

– Pfff ! Mais qu'est-ce-que tu fais enfin mon petit scarachien ! Ce n'est pas comme ça que tu vas remettre ta papatte à l'étrier ! En plus, j'ai peur que nous ayons un problème ! Suis-moi ! Vite ! Je vais appeler Chang et Elvis (Braque Hongrois) pour qu'ils raccompagnent Mademoiselle vers la sortie !


Je la regardai partir en soupirant, pendant que Ching m'attendait en tapant de la papatte, me montrant ainsi une certaine impatience.

– Je vous suis Grand Maître ! Dis-je la tête haute en trottinant en direction de la salle des anciens.


Je pénétrai le premier dans le sanctuaire. Le Nonoss n'était plus qu'une lumière éblouissante. Une lumière qui vint m'envelopper tout entier, tourbillonnant autour de moi. Nom d'un chat de gouttière, mes oreilles s'envolaient, elles battaient dans tous les sens, et je vous dis pas les babines ! Le souffle du tourbillon s'engouffrait dedans au point d'en faire deux parachutes à crocs !
 

J'avais perdu tous mes repères lorsque j'atterris finalement lourdement sur le sol. Enfin plutôt dans une bouillasse infâme et fort mal odorante ! Eurkkk !


Je me remis tant bien que mal sur pattes, me secouai le plus fort que je pus, quand un truc énorme fonça sur moi !

 

Un cheval !!! Il stoppa sa course à quelques centimètres de ma truffe. Il puait d'ailleurs autant que la bouillasse, et en voyant descendre l'individu de cet énorme destrier, je compris où je me trouvais !

 

Ou plutôt « quand » ! 

Madog 008
Madog 008

Back to the future

Madog 008
Madog 008

Pensif.... Thinking...

CHIENPITRE  2

C'était l'effervescence à la NI-6 lorsque Ching leur apprit la nouvelle !

 

L'agent Madog 008 avait disparu !

– Mais que s'est-il passé Maître Ching ? Demanda F(fox terrier) en se grattant l'arrière de l'oreille.

– Je savais que le Nonoss ne réagissait pas normalement ! Je suis allé chercher Madog ! Il est entré juste devant moi et la lumière diffusée par le Nonoss l'a immédiatement enveloppé ! Je ne voyais plus rien et lorsqu'elle s'est éteinte, Madog n'était plus là !

– C'est la mouise ! Admit F l'oeil étrangement inquiet.

 

Ce qui n'échappa pas à Maître Ching. Il voit tout Maître Ching.

– Agent NooNoo (bulldog français), (meilleur ami de Madog et séducteur de première), faites venir tout le monde ! Réunion dans mon bureau ! Tout de suite ! cria F.

– Vous savez où est mon petit scarachien, n'est-ce-pas ?


Au même moment, les agents entrèrent dans un brouhaha de jappements.
L'agent Jean-Pierre (labrador noir), français bien sûr, en stage « flair » à la NI-6, béret sur la tête et l'oeil en alerte, était accompagné de l'agent J002 (gros boxer), qui, comme à son habitude vint se coucher sur la table.

Oui, l'agent J002, souffre de quelques TOC, rapport aux microbes qui se trouvent par terre. Il s'est bien essayé aux chaussettes mais l'expérience s'était révélée... glissante !

– L'heure est grave ! Notre fidèle agent Madog 008 est dans la mouise! déclara F de manière très solennelle, en replaçant sa montre à gousset dans la poche de son costume trois pièces en pied de poule. Ching sentait que F lui cachait une information importante.

– Vous savez quelque chose F, j'en mettrais ma mèche au feu ! Alors dites-nous la vérité ! Où est Madog ?


– Je vais avoir besoin de plusieurs volontaires pour cette mission des plus périlleuses !

– Pour faire quoi ? demanda l'agent Jean-Pierre langue pendante, déjà tout excité par cette mission dont il n'avait encore aucun élément.

– Je crois qu'il a fait un bond dans le temps !


Le silence envahit la salle de réunion tout à coup ! Les agents se regardèrent, et Maître Ching pointa une griffe accusatrice sur F.

– Par les moustaches d'un chat sans poil ! Vous allez vous expliquer tout de suite ! clama Ching la voix résonnante des anciens derrière lui.

– L'agent Colette (Carlin) est prisonnière... au Moyen Age !


– Mais qu'est-ce-que vous m'aboyez là F ?


– Elle opérait sur une mission d'infiltration à la base secrète des mathémagichiens et  elle a disparu ! Plus de nouvelles ! J'ai reçu ensuite un message de K9 (malinois) le traître ! Il m'a dit que la couverture de l'agent Colette avait été découverte et que je ne pourrais jamais la retrouver car ils l'avait téléportée dans une autre époque. Et lorsque nous avons remis la papatte sur le Nonoss d'or, j'ai su que c'était la solution pour récupérer l'agent Colette !

– Vous voulez dire que vous connaissiez les pouvoirs du Nonoss d'or et que vous l'avez gardé pour vous ?

F, renfrogné, essuya ses lunettes, histoire de ne pas montrer qu'il se sentait coupable.


– Je n'avais pas le choix Ching ! Quoi qu'il en soit, le Nonoss a envoyé Madog dans le Moyen Age pour qu'il sauve l'agent Colette, et c'est ce qu'il fera !... Dès qu'il saura que c'est sa mission !

– Le problème, c'est que le Nonoss d'or s'est éteint ! Nos sommes donc coincés ici sans rien pouvoir faire ! ronchonna Ching en balançant sa mèche en arrière. « Je dois faire appel à la magie des anciens pour nous guider vers notre petit scarachien ! »

– Ou alors, mettre la papatte sur un des mathémagichiens et qu'il nous téléporte à l'époque où se trouve Madog ! Intervint l'agent J002 sautant de la table directement au fauteuil. Surtout ne pas mettre une patte par terre ! Ouh la la !

– Et comment on fait ça ? demanda l'agent Noonoo en sautillant dans la pièce.

 

F, le regard perçant et une canine apparente se planta derrière son bureau.

– Agent NooNoo, vous allez vous rendre à la fourrière et rendre une petite visite à Von Razmoket ! Je suis sûr que depuis le fond de sa cellule, il sait où et comment les trouver !

– A vos ordres chef !

– Attendez NooNoo, évitez de faire le joli cœur avec la petite caniche du secrétariat comme la dernière fois !

– Oui chef !


L'agent NooNoo s'éloigna, le sourire gêné et la truffe humide ! 

Agent NooNoo
Agent NooNoo

L'ami de Madog et séducteur de 1ère ! Madog's best friend and terrible seducer !

Agent J002
Agent J002

En hauteur ! High !

Agent Colette
Agent Colette

Mais que se passe-t-il ? What's happening ?

CHIENPITRE  3

Aspiré dans un tourbillon spatio-temporel (comment je le sais ? Je suis agent secret quand même ! Je sais reconnaître un tourbillon spatio-temporel), plié en quatre comme une vulgaire feuille de papier, je me posai lourdement, la truffe dans une sorte de bouillasse donc. Même si nous les chiens sommes plutôt souples, ma tête au niveau de ma queue et ma patte arrière sur l'oreille, ne rendit pas mon arrivée particulièrement élégante pour un chien de ma qualité !

– Oyez gueux ! Quel est cet accoutrement ?

– Non mais dites donc ? Vous vous êtes pas regardé ! Certes mon costume est enduit d'une matière dont je ne préfère pas savoir la provenance, mais...

– Ce sont les latrines, ce qui veut dire,...

– Merci je crois que j'ai compris ! Il ne manquait plus que ça ! Mais qu'est-ce-que je fais là ? Et qui êtes-vous d'abord ?

– Je suis le grand schnaubellan (schnauzer) du château, et vous, vu vos guenilles, vous devez être le bouffon que Dame Morbave (braque de Weimar) m'a envoyé quérir !


Un costume à ce prix-là, pensai-je, prêt à lui faire avaler son chapeau pointu bizarre à ce guignol.

Mais la question pour l'heure était : Quelle était la raison de ma présence ici ? Le Nonoss d'or m'avait apparemment envoyé dans cette contrée pour me passer un message, mais lequel ? Un mystère mystérieux que j'allais devoir percer sans mes gadgets habituels ! C'était la mouise !

– Je ne suis pas un bouffon, je suis un... chienvalier !


Je bombai mon torse musculeux pour me donner un peu plus de... « chien » !

– Diantre ! Vous ? Un chienvalier de la niche toute ronde ? Et où est votre armure ? Le schnaubellan retroussa sa truffe d'un air suspiscieux.

– Un chienvalier de la niche toute ronde ! Ben voyons ! Comme s'ils existaient ! Une légende oui ! Euh !... C'est une nouvelle cote de maille que j'ai ramené de l'autre continent !

– Ah oui ? Et d'où précisément ?

– Là-bas ! Dis-je en pointant ma papatte vers... rien.


Nous chevauchâmes pendant un bon quart d'heure, je recrachais les éclats de bouillasse qui giclaient alors que le cheval galopait (personne ne vous le dit mais faites du cheval sur un chemin boueux après une pluie diluvienne et on en reparlera !).


En arrivant dans la grande salle du château, j'aperçus, assise son coussin, la Dame Morbave en question, son poil argenté, et sa ligne parfaite !
A côté d'elle, horreur et damnation,... un chat ! (y a beaucoup de chats dans cette histoire non?) Et pas n'importe quel chat ! Un siamois sournois qui louchait ! Il m'épiait, le sourire mauvais, prêt à me sauter au collet !


Je continuai mon tour d'horizon et tombai sur une cage et à l'intérieur,... L'agent Colette et ses yeux qui voient tout partout (ils roulent à 360 degrés dans leurs orbites ! Très peu d'agents ont cette capacité) ! Prisonnière ? Elle m'observait avec insistance du genre « ne dis pas un mot Madog, elle ne doit pas savoir qui tu es ! »
Je savais quelle était ma mission désormais ! Je devais sauver l'agent Colette !


La vilaine, oui elle avait l'air vilaine, Dame Morbave se leva de son coussin et descendit les marches pour venir jusqu'à moi ! Sa démarche était si majestueuse ! Ah quel dommage !

– Agent Madog 008 !


Oups ! Perdu ! Elle savait déjà qui j'étais! Je devais trouver une combine, et vite ! Mon charme allait devoir opérer !

– Salut Dame belle enfant !

– Laisse tomber ! Cela ne marchera pas avec moi ! Tu n'es pas mon type ! Je suis fidèle à mon héros, Von Razmoket !

Von Razmoket ! Encore lui ! L'image qui me vint alors en tête me fit pouffer de rire. Le tout petit mais très long Von Razmoket et la grande grande Morbave ! Pitié ! Mais l'heure n'était pas à la rigolade ! Je repris ma tête d'agent très très secret !

– Mais qui es-tu et que veux-tu de l'agent Colette ?

– Je suis une mathémagichienne. L'agent Colette s'est montrée un peu trop curieuse. Elle cherchait à percer le mystère mystérieux de notre ordre ! Elle voulait connaître l'étendue de nos pouvoirs, elle n'est pas déçue je crois ! Et ce n'est pas de l'agent Colette que j'attends quelque chose mais de toi Madog ! Je veux récupérer le Nonoss d'or !


Mon esprit affûté de magnifique boxer et agent très très secret se mit à turbiner à plein régime ! Moi ici, Nonoss d'or là-bas, lui et moi séparés de... huit cents ans ! Compliqué !

– Rien que ça ! Et comment crois-tu que je puisse te le ramener ?

– Grâce à mes pouvoirs, je vais te renvoyer dans ton époque et tu me le ramèneras mais tu ne partiras pas seul !

– Je vais partir avec l'agent Colette ? Très bonne idée ! Bon on y va ?

– Non mais tu rêves !


Zut, flûte, et crotte de chien ! C'était bien essayé mais elle m'a vu venir la bougresse !

– Tu vas partir avec un de mes chienvaliers !


Et là, je le vis entrer dans la grande salle du château. J'étais obligé de lever la tête tellement cette montagne de muscles et de crocs était impressionnante.

– Waohhh ! Vous existez vraiment alors ! Et c'est quoi votre petit nom chienvalier ?

 

– Rolf (dog allemand) !


– Ouiii ! Ok !

Beaucoup de conversation ce chienvalier !
En fait, il aboyait son nom plus qu'il ne le disait ! Mais malgré toutes mes qualités d'agent très très secret, je n'avais pas trop le choix, et me débarrasser de lui me paraissait un peu compromis pour le moment. Le mythe du chienvalier était en train d'en prendre un coup dans la truffe ! Peut être parce que nous n'étions pas dans le même camp! Pour l'instant !


Le monde était dans la mouise ! Des mathémagichiens avec le Nonoss d'or, et ils pourraient tous nous transformer en pattée pour chats ! Et nul mieux que nous les chiens n'en connaissions le péril ! 

Chienpitre dernier

de la saison 2

Ching sortit du tourbillon et se posa en toute délicatesse dans la grande salle du château devant un Madog estomaqué, non moins par la surprise de le voir devant lui, au Moyen Age, que par la grâce de son maître !

– Mais comment tu fais ça Maître Ching ? C'est le Nonoss d'or qui t'envoie toi

aussi ?

– Le Chi mon petit scarachien ! Mon Chi !


– Comment je fais moi, pour trouver mon Chi ?


– Tu l'as déjà en toi ! Le Chi est à l'origine de l'univers. Il relie les êtres et les choses entre eux ! C'est comme ça que j'ai pu te rejoindre mon petit scarachien ! J'ai cherché ton Chi !

 

– Waohhh, c'est génial... !

– Dites-moi si je vous dérange ! Je vous rappelle que j'ai une otage et que je n'hésiterai pas à en faire de la croquette diététique si vous ne me ramené pas le Nonoss d'or tout de suite !


L'autre mégère qui ramenait sa truffe ! Et la menace de la croquette diététique ! Non mais pour qui elle se prenait ?
Alors que la vilaine méchante s'apprêtait à m'envoyer dans ce tourbillon de la nausée, Ching intervint en sautillant jusqu'à elle.

– Ne vous donnez pas cette peine Dame Morbave, je m'en occupe !


D'une papatte, il neutralisa le rayon de Morbave, et de l'autre, transmit son énergie pour me faire disparaître.
Et dans un bruit de ventouse et de tire bouchon, me voilà dans une autre pièce mais toujours à la même époque je crois ! La salle toute ronde, des coussins de velours disposés tout autour, et au milieu, une épée, ou plutôt « l'épée » Exclebibuuuuur !


Une porte s'ouvrit, et devant mes yeux émerveillés, les « chienvaliers de la niche toute ronde » ! Incroyable ! Ils existaient vraiment ! Avec leurs armures étincelantes, chacun prit place sur son coussin. Je me sentais comme un chiot, la 

langue pendante et la queue fendant l'air d'enthousiasme.
Le dernier à entrer et non des moindres, vêtu d'un long manteau de velours bleu, je le reconnus tout de suite, Merchien l'Enchanteur (setter irlandais) !

– Bonjour Madog !

– Incroyable ! Tout le monde me connaît ici !


Et là, d'une petite porte dérobée, je vis surgir fièrement Maître Ching ! J'étais perplexe tout à coup ! Je le regardais en me grattant la babine !

– C'est bon, je me suis trompé de pièce ! Bref ! Je te présente,...

– Merchien l'Enchanteur, j'ai deviné ! (Moi toujours langue pendante d'admiration devant ce mythe de la magie).

– Chers amis, nous devons allier nos forces pour vaincre la vilaine Dame Morbave !

– Mais je ne comprends pas ! Vous êtes le plus grand magicien de tous les temps et vous ne parvenez pas à la neutraliser vous même ?

Et vous avez Exclebibuuuur !

– Certes, mais ma magie n'a rien à voir avec la sienne et je ne peux rien sur elle car elle appartient à votre dimension ! Il faut donc quelqu'un d'une grande valeur, mais qui ait aussi un lien avec ta dimension pour la vaincre ! Toi !
Je me sentais à la fois flatté, trop balaise, et je ne voyais absolument pas comment j'allais pouvoir m'en sortir et surtout, sortir l'agent Colette de cette mouise !

– Euh... ! Mais comment faire sans mes gadgets d'agent très très secret ?


– Qu'est-ce-qu'un... gadget ? demanda Merchien s'adressant à Maître Ching.


– Ce sont ses armes d'agent secret !


– Diantre ! Je ne sais pas de quoi vous parlez mais ce que je sais, c'est que tu peux utiliser Exclebibuuuuur ! Je croyais rêver !

– Mais elle est plantée dans le sol et chacun sait que seul un valeureux chienvalier peut l'en extraire !

Ching se rapprocha de moi.


– Tu n'écoutes pas toujours ce que je te conseille c'est vrai, mais crois-moi, valeureux, tu l'es mon petit scarachien, alors sors-moi cette épée de cette dalle et file botter le postérieur de cette mathémagichienne de malheur ! L'agent Colette compte sur toi et moi aussi !

– Et nous aussi ! intervint Merchien.


A ce moment, Rolf entra comme une furie. Les canines apparentes, il baissa la visière de son heaume, et fonça sur moi pour m'aplatir comme une tourte (au Moyen Age, ils mangeaient des tourtes) !
Je glissai sur le côté et saisit le manche d'Exclebibuuuur.
Avec moult étincelles, la lame incandescente sortit de la dalle et faillit me faire perdre l'équilibre. Elle vivait ! Elle était le prolongement de ma papatte !

 

Rolf stoppa net. Il se rendait compte qu'il n'aurait pas l'avantage sur ce coup-là ! Tous les chienvaliers me regardaient avec admiration et se placèrent derrière moi, prêts à en découdre avec Morbave ! Quel esprit chevaleresque ! (j'aime beaucoup ce mot). Maître Ching, du haut de ses trente centimètres, prit la tête de notre... armée ?

– A l'assauuuuut ! Suivez-moiiiii !


Il se dirigea vers une porte de l'autre côté de la pièce. Nous le suivîmes en jappant, histoire d'impressionner l'adversaire. En passant la porte, nous nous retrouvâmes directement dans la grande salle avec Morbave ! En fait on était juste à côté !?!... Pas compris !

 

Bon bref. Je surgis tel un vrai chienvalier en costume trois pièces Armani, Exclebibuuuuur au bout de la papatte. La vilaine Dame Morbave, un peu surprise quand même, envoya un éclair dans ma direction. Je parai le coup avec la lame très très très lourde de mon épée. L'éclair ricocha et retour à l'envoyeuse. Morbave se transforma en statue de glace presque instantanément ! Quoi et c'est tout ? Un seul petit coup même pas fait exprès et elle est déjà hors jeu ? Pfff !... Frustration !

Merchien déverrouilla la cage qui retenait l'agent Colette. Elle courut en jappant dans ma direction. Elle souriait. Ses babines et sa langue se balançaient dans tous les sens.

 

– Merci Madog et bravo ! Quelle classe tu avais avec cette épée !

 

– Mouais ! Mais c'est déjà fini !


– Pas tout à fait agent Madog !

A l'aide de ses pouvoirs, Morbave était en train de faire fondre la glace, et dans quelques minutes elle serait complètement libre. Il ne fallait pas perdre une minute. Ching se concentra.

– Madog, nous devons absolument profiter que la vilaine Morbave est encore prise dans la glace pour la ramener avec nous dans notre dimension et notre époque ! Mais j'ai besoin de ton Chi. Le mien ne suffira pas à nous ramener tous les quatre, d'autant que je sens qu'elle use de ses pouvoirs pour nous contrer ! Lâche cette épée et viens m'aider !

– Pfff ! Crotte de chat !


Puis s'adressant à Exclebibuuuuur : « Je ne t'oublierai jamais ! »
Je remis l'épée, avec beaucoup de mal, à Merchien l'Enchanteur qui me remercia très chaleureusement.

– Dépêche-toi petit scarachien ! Elle commence à bouger une papatte ! Concentre-toi !

 

– Sur quoi ?

– L'univers Madog ! Il nous relie tous ! Sens-le passer à travers ton corps ! Ton centre d'énergie !

Madog vit le Chi de Maître Ching sortir de son ventre. Un rayon de la couleur de l'or, léger, pur, éclatant ! L'agent 008 fit alors de même. Il fit le vide dans sa tête pour atteindre le sien. Les deux rayons se mêlèrent l'un à l'autre pour former un cylindre qui les aspira tous les quatre.

Bruit de ventouse et de tire-bouchon.


Maître Ching, l'agent Colette, la très vilaine Morbave et moi nous posâmes au sol, ou plus exactement, nous roulâmes maladroitement jusqu'à rencontrer un obstacle !

Un mur quoi ! Nous étions revenus dans les bureaux de la NI-6.
Morbave était libre à présent mais au moment où elle s'apprêtait à prononcer une formule, l'agent J002 lui sauta dessus, sans que ses papattes touchent par terre bien sûr, et lui fourra un Nonoss nettoyeur de dents dans la gueule. L'agent Jean-Pierre l'attrapa avec un collier étrangleur et l'agent Noonoo se posta juste devant elle une fois qu'elle fut immobilisée.
Monsieur séduction en action ! Il vint se dandiner devant Morbave, le regard langoureux.

Elle détourna la tête, blasée par ce petit numéro de drague, et c'est juste le moment que choisit l'agent Noonoo pour sortir une petite boîte devant elle. Une petite boîte qu'il ouvrit tout doucement, et d'où sortit une... puce qui se divisa d'un coup en des dizaines d'autres puces et qui sautèrent sur Morbave ! La mathémagichienne se tortillait dans tous les sens. Elle essayait vainement de se gratter, sans succès.

– Emmenez-là ! intervint F.


L'agent Colette était revenue, le Nonoss d'or toujours en sécurité au temple de la Tranquillité du clan Tao. Il était doué d'une vie propre, et représentait donc un espoir pour le monde, mais aussi un danger incommensurable s'il tombait en de mauvaises pattes. Cette fois encore, ce n'était pas le cas.  Il était tard. Tout le monde était parti de la NI-6. L'agent NooNoo entra dans le bureau de F.

– Bonsoir Chef !


– Pfff ! Vous avez du rouge à lèvre sur la truffe NooNoo !

– Oups ! Euh ! Désolé ! J'ai une information très importante Chef !

– Quoi que vous ait dit Von Razmoket, cela n'a plus beaucoup d'importance ! Madog et l'agent Colette sont rentrés sains et saufs !

– Oui et j'en suis ravi Chef, mais je crois que nous sommes dans la mouise ! Von Razmoket s'est évadé de la fourrière !

Maître Ching déboula comme une tornade dans le bureau.

– J'ai entendu et je crois que vous allez avoir besoin de nous !

 

– Nous ?

Des chats ? Non mais pis quoi encore ? Trois chats, mais pas n'importe lesquels ! Des « chatmans » !

– Des « chatsmans » ? C'est quoi ça ?

 

Mais ceci est une autre histoire !

A suivre...